Socle commun de connaissances et de compétences

  • Définir

Description

Le socle commun de connaissances et de compétences

La loi prévoit que la scolarité obligatoire doit au moins garantir à chaque élève les moyens nécessaires à l’acquisition d’un socle commun constitué d’ »un ensemble de connaissances et de compétences qu’il est indispensable de maitriser pour accomplir avec succès sa scolarité, poursuivre sa formation, construire son avenir personnel et professionnel et réussir sa vie en société ».

Ce socle, issu de la loi de 2005 (Loi n°2005-380 du 23 avril 2005 d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école), que tout élève doit avoir acquis dans sa scolarité obligatoire, vise la « construction d’une culture scolaire commune ». Il se décline en 7 compétences appelées aussi « piliers », qui sont reprises dans les programmes d’enseignement disciplinaires.

En 2013 le Conseil supérieur des programmes renouvelle le socle commun de 2005, dorénavant appelé « socle commun des connaissances, compétences et culture » et comprenant 5 domaines transversaux suivants:

  1. Les langages pour penser et communiquer :
    • comprendre, s’exprimer en utilisant la langue française à l’écrit et à l’oral
    • comprendre, s’exprimer en utilisant une langue étrangère et, le cas échéant, une langue régionale (ou une deuxième langue étrangère)
    • comprendre, s’exprimer en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques
    • comprendre, s’exprimer en utilisant les langages des arts et du corps.
  2. Les méthodes et outils pour apprendre
  3. La formation de la personne et du citoyen
  4. Les systèmes naturels et les systèmes techniques
  5. Les représentations du monde et de l’activité humaine

Le Socle de connaissances et de compétences est constitué de l’ensemble des connaissances et des compétences qu’il est utile pour un individu de maîtriser afin de favoriser son accès à la formation professionnelle et son insertion professionnelle (Art. D. 6113-1 Code du travail). Ce socle doit être apprécié dans un contexte professionnel. Ces connaissances et compétences sont également utiles à la vie sociale, civique et culturelle de l’individu (Art. D. 6113-29 Code du travail).

Les compétences transversales 

Cette notion est issue du projet européen Track-Vet (2017-2020) dont  l’objectif était de décrire, dans différents contextes nationaux, la manière dont les compétences transversales (nommées aussi compétences clés au niveau européen) sont formalisées, évaluées et validées dans l’enseignement professionnel secondaire et la formation continue.

En 2006, puis 2018 , le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne ont adopté une recommandation qui « a constitué un document de référence pour le développement d’une éducation, d’une formation et d’un apprentissage axés sur les compétences » Cette recommandation définit huit compétences transversales nécessaires à l’éducation et la formation tout au long de la vie  :

  1. Compétences en lecture et écriture,
  2. Compétences multilingues,
  3. Compétences mathématiques et en sciences, technologie et ingénierie,
  4. Compétence numérique,
  5. Compétences personnelles et sociales et capacité d’apprendre à apprendre, définies comme l’« aptitude à réfléchir sur soi-même, à gérer efficacement le temps et l’information, à travailler en équipe dans un esprit constructif, à faire preuve de résilience et à gérer personnellement son apprentissage et sa carrière ».
  6. Compétences citoyennes, concernant la « capacité à agir en tant que citoyen responsable et à participer pleinement à la vie civique et sociale, en se fondant sur la compréhension des notions et structures sociales, économiques, juridiques et politiques, de l’évolution de la situation mondiale et du développement durable »
  7. Compétences entrepreneuriales, visant la « capacité de réagir à des possibilités et à des idées et de les transformer en valeurs pour d’autres. Elles ont pour fondement la créativité, l’esprit critique et la résolution de problèmes, la prise d’initiative et la persévérance, ainsi que la capacité de travailler en équipe afin de planifier et de gérer des projets présentant une valeur culturelle, sociale ou financière ».
  8. Compétences relatives à la sensibilité et à l’expression culturelles, qui consistent à « comprendre et respecter la façon dont les idées et le sens sont exprimés et communiqués de manière créative dans des cultures différentes et à travers un éventail d’arts et d’autres formes de culture ».